Official tweets that #Mauritania will hand al-Senussi to #Libya

Standard
Senussi just another pathetic coward and fraud

Senussi is just another pathetic coward and fraud - there's nothing wrong with his health, clearly

Vice President of the Libyan government Mustafa Abu Hakor, says Mauritania has agreed to hand over Abdullah Senussi, Director of Intelligence in the era of the late leader Muammar Gaddafi, to stand trial in Libya.

CNn Arabic says Abu Hakor made the remarks via his Twitter account.

The Libyan delegation headed by Deputy Chairman of the Libyan government Mustafa Abu Hakor, arrived on tTuesday for talks with Mohamed Ould Abdel Aziz in Nouakchott.

 

CNN Arabic link: ‎http://bit.ly/GHUFFN

3 thoughts on “Official tweets that #Mauritania will hand al-Senussi to #Libya

  1. Legal expert Lo Gourmo says #Mauritania has no option but to hand al-Senussi to ICC, not #Libya or #France
    tw: [FB]

    Lô Gourmo Abdoul Affaire Senoussi : Que diable faisons nous dans cette galère ?

    Tout le monde a noté la délicate situation dans laquelle se trouve l’Etat mauritanien dans la gestion du dossier Senoussi, sorti subitement de nulle part, comme un mauvais diable de sa boîte, au moment même où nous sommes durablement embourbés militairement et diplomatiquement dans l’inextricable conflit du nord Mali, entre barbouzes de pays étrangers, terroristes professionnels, locaux et internationaux, rebelles sécessionnistes et trafiquants en tous genres.
    A qui faut-il remettre l’encombrant M. Senoussi, ex n°2 d’un régime qui, il y’a tout juste un an , était l’un des principaux alliés du nôtre ?
    Trois demandes, une seule possibilité : soit la France, soit la Libye soit la CPI..
    Au plan du droit international, il ne fait pas de doute que doit primer , la demande de la CPI., puisque celle-ci est adossée à une résolution du Conseil de Sécurité des Nations unies prise dans le cadre du Chapitre VII. Il s’agit d’une décision contraignante donc irrésistible qui ne laisse aux Etats membres concernés aucun choix que de s’y soumettre. La Mauritanie ne dispose en l’espèce , d’aucun pouvoir de décision propre qui pourrait l’amener à transiger entre son obligation impérative auprès du Conseil et ses obligations « simplement » dispositives vis-à-vis de la Libye et, à plus forte raison vis-à-vis de la France.
    Si la justice mauritanienne, saisie dans cette procédure (car la procédure d’extradition est une procédure judiciaire) veut agir conformément au droit international, elle n’a le choix que de remettre M. Senoussi à la Haye. La Libye ne peut en effet exciper du principe de subsidiarité qui, normalement aurait dû imposer que son ressortissant soit jugé en priorité par ses propres tribunaux , en raison de l’instabilité actuelle du pays et des graves accusations de violations des droits de l’homme dont il est l’objet actuellement, y compris aux Nations Unies et par les organisations de défense des droits humains. La démarche des responsables de l’Exécutif libyen auprès du Chef de l’Etat mauritanien pour une extradition extrajudiciaire en dit long d’ailleurs de la conception en vigueur encore à Tripoli en matière d’indépendance de la justice !.Une décision de la Mauritanie , donnant droit à la Libye serait une entorse au droit international qui impose non seulement le respect des décisions du conseil de Sécurité (non contestées par la Ligue arabe et .l’Union Africaine comme c’est le cas pour le mandat international lancé contre M. El Béchir du Soudan) mais aussi de garantir à tous ( y compris à un dur à cuir de la répression fascisante comme M. Senoussi )une justice équitable et réellement contradictoire, ce qui n’est pas encore le cas dans ce pays frère. Quant à la France, elle doit céder en raison notamment de la différence de nature des charges pesant sur M. Senoussi en France (homicides volontaires et destruction de biens publics) et à la Haye.(crimes contre l’Humanité
    Il est clair que quelle que soit la décision qui sera prise en définitive par le Chef de l’ Etat lui-même (comme personne n’en doute), celle-ci sera nécessairement frustrante et baignera dans une forte dose de suspicion de manipulation par ceux-ci ou ceux là, pour telle ou telle raisons plus ou moins occultes…
    Il est vrai que nul ne comprend que M. Senoussi, recherché surtout par les services occidentaux, aient pu passer par le Maroc (membre du Conseil de sécurité) avec des « papiers falsifiés maliens » selon la version officielle , sans être arrêté, inquiété ou seulement interrogé par les marocains, en collaboration ou non avec les occidentaux, spécialement français ! Quel a donc été le jeu de ces services , ayant en définitive, abouti à la réception de M. Senoussi, manifestement « balancé » comme un paquet, chez nous, pour un « traitement » final? Pourquoi n’avoir pas renvoyé cet encombrant paquet à l’envoyeur puisque rien ne nous obligeait à le recevoir ? Le pire est que toutes les hypothèses sont possibles mais ce qui est certain, c’est que notre pays risque de ne pas sortir grandi de ce manège. Nous sommes à nouveau, pris au piège soit de l’improvisation soit d’occultes manoeuvres. Mais que Diable faisons nous dans cette galère

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s